Témoignages optimistes

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont modérés. Leur publication est soumise à la validation du modérateur.

*

  • Nith-haiah dit :

    Bonjour,
    Suite au passage sur mon compte Instagram @leschroniquesduneagoraphobe, Alice m’a invité à venir témoigner ici.
    Tout d’abord j’ai 32 ans et j’ai été agoraphobe très sévère durant 2 ans et demi.
    Je suis arrivée au summum de l’enfermement été 2016, impossible d’ouvrir les volets de voir le soleil, de me lever de mon lit sans crise de panique, de manger à table, de me regarder dans un.miroir, de prendre une douche sans angoisse, de sortir même dans mon jardin… J’ai vécu un véritable enfer et j’ai prit conscience là qu’il fallait que je stop ça tout de suite.
    J’ai beaucoup lu, essayé d’apprendre à quoi j’avais à faire et puis j’ai prit le soucis à bras le corps et j’ai mit plein de choses en place , changer des éléments de ma vie et j’ai réappris à conduire, à sortir, tout près puis de plus en plus loin et aujourd’hui je suis comme le commun des gens, je peux stresser de manière Normale mais je ne suis plus agoraphobe. Je ne fais plus d’angoisses, de crises de panique.
    Je vous souhaite d’embarquer dans le train de la liberté et de venir voir la vie côté paillettes. Courage on s’en sort la preuve.
    Je vous embrasse

  • Hamelle Catherine dit :

    En 2014, à la suite de la parution de mon livre: « une prison sans murs, comment j’ai vaincu mon agoraphobie », Alice m’a demandé de témoigner. Je suis restée trente ans dans cette prison avec par moments l’impossibilité de sortir de chez moi. J’ai utilisé une thérapie qui s’appelle le rebirth ou la respiration hollotropique pour mettre à jour une peur atroce de mes 4 ans. J’ai ensuite réappris, comme un enfant qui apprend à marcher puis à parler, à reprendre le métro, l’autobus, ma voiture, le train etc. La semaine prochaine je vais partir au Viet Nam avec des amis. Je suis pleine de peurs « gérables », mais je suis heureuse et fière de faire ce dernier pas. A tou.te.s bon courage, n’abandonnez jamais, je suis la preuve que l’on peut s’en sortir. Je vous embrasse.

  • Geraldine dit :

    Coucou tous,
    J’etais Venue à une des réunions organisée par Agorafolk et j’avais aimé.
    Concernant mon agoraphobie il y a du mieux et quelquefois des hauts et des bas mais je suis en vie et c’est tout ce qui compte, je profite de mes filles et de mon mari.
    Je vous souhaite que du positif en cette nouvelle année 2018.
    Bises
    G.

  • Docteur Christophe B. dit :

    Bonne initiative.
    Pour moi l’agoraphobie cela se traite et cela se guérit. Bien sûr il faut être patient, parfois attendre le bon moment pour voir les améliorations. Et rencontrer la bonne personne, le thérapeute avec lequel on pourra progresser.
    Cordialement

  • happiness dit :

    Fin mai 2017.
    Suite à un heureux événement familial survenue ce week-end, j’ai du envisager un déplacement, seule, à 250 km de chez moi, en train.
    Il était inenvisageable pour moi que mon agoraphobie me fasse louper cet événement si important à mes yeux ! Il était inenvisageable que dans 1 an, 5 ans, 10 ans je me souvienne d’avoir loupé cela à cause de mon agoraphobie.
    J’ai donc mis mon cerveau sur off. Mon entourage m’a motivé à y aller. J’ai filé sur mon ordinateur et j’ai réservé mon billet de train ( 3H avec 1 changement de train ).
    La veille, j’ai mal dormi mais ça allait. Je me suis révéillée plusieurs fois dans la nuit mais j’ai pensé à mon objectif. J’ai écouté une vidéo de sophrologie et je me suis rendormie dessus.
    La matinée avant mon départ, j’ai fait en sorte de m’occuper. De n’avoir aucun laps de temps pour  » cogiter  » et me créer des scénarios catastrophes qui n’arriveront … jamais ( comme d’habitude ) !!!! Je m’en suis tenue à un seul café, et zéro cigarette ( ça peut me déclencher de l’angoisse quand j’ai une « grosse sortie de prévue » ). J’ai fait en sorte de partir en ayant bien mangé.
    J’ai pris mon premier train sans problème. Mon deuxième train a eu 30 minutes de retard ( attente sur le quai ). Dès que la peur voulait m’envahir je pensais « objectif » et j’étais rassurée. Je pensais à respirer calmement régulièrement. Le trajet m’a semblé un peu long sur la fin… mais il était moins dur à supporter que les rares autres fois ou je me suis déplacée.
    Durant ce séjour de 2 jours, j’ai pris le tram seule plusieurs fois. J’ai même pris le bus une fois seule pour m’éviter de rentrer trempée alors que je ne l’avais pas pris depuis des années… J’ai été dans le centre ville seule ( je le connais un peu ) et j’étais apaisée d’être là, de le faire.
    Alors certes, je ne suis pas rentrée dans un supermarché, je n’ai pas fait de file d’attente, je n’ai pas mangé au restaurant, je ne me suis pas posée à une terrasse de café… Je n’ai rien acheté à part des denrées alimentaires que je pouvais acheter depuis  » la rue  » à emporter… Certes je n’ai pas pu faire tout ce que j’aurais aimé faire… Mais quel plaisir de retrouver ce semblant de liberté ! D’être à 250 km de chez moi et de me sentir beaucoup plus libre de mes mouvements qu’avant ! De ressentir cette différence. J’étais juste là ou j’avais envie d’être au moment ou JE l’avais décidé !

  • alice dit :

    Un témoignage pour vous dire que l’agoraphobie, ça se guérit, et même bien ! A chacun de trouver ses outils, ses grigris, ses thérapies. Tout le monde a son rythme, n’écoutez pas ceux – même médecins – qui vous disent qu’il faut x semaines, telle exercice ou autre.
    Il n’y a pas de méthode miracle, juste des prises de conscience, de confiance, et de la motivation !
    J’ai réduit de moitié tous mes évitements, je prends le bus depuis deux ans alors que je ne pouvais pas mettre un pied dedans, le métro depuis 10 jours comme si de rien n’était, et suis partie loin de chez moi pour la première fois en 6 ans, et c’était super :) J’oublie de regarder où je vais, de ne pas m’enfermer dans des endroits, de flipper pour de petites choses, ma vie a changée, et ce grâce à vous, Agorafolk, grâce à la tcc, à l’hypnose et tout un tas d’outils que je continuerai de vous partager…