Le dico Agorafolk

Liste d’évitements

Larousse : Réaction d’évitement, réaction par laquelle un individu évite de recevoir un stimulus nocif.

La liste d’évitement est une pratique psychologique qui implique l’identification et l’énumération délibérée d’éléments, de situations ou de comportements spécifiques que quelqu’un choisit de ne pas expérimenter ou d’éviter délibérément. Cette stratégie est souvent utilisée en TCC, dans le contexte de la gestion du stress, des troubles anxieux ou d’autres défis liés à la santé mentale.

Fondements de la liste d’évitement

La liste d’évitement découle de l’idée que certaines situations, pensées ou stimuli peuvent déclencher des réponses émotionnelles ou physiques négatives chez une personne. En identifiant ces déclencheurs potentiels, l’individu peut élaborer une liste détaillée des éléments à éviter dans le but de réduire l’impact négatif sur son bien-être.

Processus de création d’une liste d’évitement

  1. Identification des déclencheurs : La première étape de la création d’une liste d’évitement consiste à identifier les déclencheurs spécifiques qui peuvent causer du stress, de l’anxiété, ou d’autres réactions indésirables. Il peut s’agir de situations sociales, de lieux, de pensées récurrentes, ou même de certaines activités.
  2. Hiérarchisation des déclencheurs : Une fois les déclencheurs identifiés, l’individu peut les hiérarchiser en fonction de leur impact sur son bien-être. Cela permet de concentrer les efforts sur les éléments les plus perturbateurs et les plus significatifs.
  3. Élaboration de la liste : La personne crée ensuite une liste détaillée des éléments à éviter, en spécifiant clairement chaque déclencheur. Cette liste peut inclure des descriptions détaillées des situations à éviter, des stratégies alternatives pour faire face à ces déclencheurs, ou même des objectifs de progression.
  4. Mise en œuvre progressive : Plutôt que d’éviter immédiatement tous les éléments de la liste, la mise en œuvre peut se faire progressivement. Cela permet à l’individu de s’adapter progressivement à des situations potentiellement stressantes ou phobogènes, en utilisant des techniques de gestion du stress ou des méthodes de confrontation graduelle.

Applications de la liste d’évitement

  1. Troubles anxieux : Les personnes souffrant de troubles anxieux, tels que le trouble panique ou le trouble obsessionnel-compulsif, peuvent utiliser la liste d’évitement pour minimiser les déclencheurs de leurs symptômes.
  2. Post-traumatique : Les survivants de traumatismes peuvent utiliser cette technique pour éviter des situations qui pourraient déclencher des souvenirs douloureux ou des réactions émotionnelles intenses.
  3. Gestion du stress : Dans un contexte plus général, la liste d’évitement peut également être utilisée comme outil de gestion du stress quotidien en identifiant et en évitant les sources potentielles de tension.

Minimiser les expériences négatives en identifiant et en évitant consciemment les déclencheurs

Son efficacité dépend de divers facteurs individuels, et son utilisation peut être complémentaire à d’autres approches thérapeutiques. Toutefois, il est essentiel d’adopter cette pratique avec précaution, en tenant compte de ses avantages et de ses limites, et en consultant si nécessaire des professionnels de la santé mentale pour un soutien adapté.


Commentaires

2 réponses à “Liste d’évitements”

  1. Bonjour
    Je suis phobique
    que depuis mon jeune âge je pense, j’ai toujours des peurs, et fin 2013, j’ai depuis fin 2013 une peur de conduire subitement, ce fût le commencement d’une galère, je freinais, j’étais angoissée, la peur ? Peur de quoi me direz-vous, je sais pas ? atroce.
    Et ensuite le corps à pris, et j’ai eu comme des pression dans le bas du dos qui me faisais me cramponner, en marchant, en étant à mon domicile, j’ai eu une psychothérapeute qui m’a fait écrire des pages, en me faisant des mandras, chakras, au même stade, elle m’a fait comme un lavage de cerveau, c’est là aussi très troublant, je vois que ça diminue, mais dès que je prend ma voiture, je me cramponne, je suis comme une débutant et j’ai mon permis depuis depuis de 20 ans.
    J’aimerais reconduire, j’ai pris un cours le moniteur a mis ANGOISSEE, je pense qu’il y a eu une peur en SEPTEMBRE 2013, une peur violente, et j’ai dû mal à pouvoir exprimer QUOI ? j’essaie de comprendre, maman décèdée ais-je fait le deuil, tant de questions.
    JE VOUS REMERCIE
    CORDIALEMENT

    1. Merci pour votre témoignage. La crise d’angoisse, ça arrive bien à n’importe quel moment!
      Moi j’étais tranquillement dans le bus la première fois…
      Vous me parlez de votre peur de conduire, et cela tombe bien car j’ai découvert le site de La Conduite évolutive il y a quelques jours, crée par Sylvie Kechoua. Elle a crée une formation autour de la conduite destinée aux personnes qui ont peur de conduire. Je l’ai contacté et nous nous sommes rencontré tout juste samedi pour une interview pour le blog. Elle avait amené deux clientes/élèves qui ont pu exprimer leur témoignage avec cette méthode. Je dois faire le montage et écrire cet article et vous préviendrais dès qu’il sort, et je vous encourage à aller voir cette formation, à apeller simplement et rencontrer Sylvie qui est une femme formidable, sympathique et connait très bien le problème. Sylvie n’est pas thérapeute, et justement cela permet un autre rapport je pense. Les deux élèves m’ont toutes les deux dit qu’il y avait quelque chose qui avait changé, bien sûr dans leur conduite, mais sur d’autres plans de leur vie…
      Les moniteurs d’auto-école n’ont pas forcément les bonnes méthodes, trop générales et non applicables pour tout le monde. Ils n’ont pas tous une bonne conscience professionnelle et ne vous apprendront qu’à conduire, hors vous savez le faire d’après ce que j’ai lu. Il vous faut autre chose… Je pense…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *